Gaëlle Boissonnard, un peu plus loin...

Gaëlle Boissonnard, un peu plus loin...

À mi-chemin

En coursPosté par gaëlle boissonnard 02 août, 2017 23:02:57
Une bascule,
juillet se fond en août et puis
pour un an
s'oublie.

Mais l'été se poursuit et son temps n'est pas terminé.
À l'ombre, notre aventure continue elle aussi.



Si la curiosité vous démange aussi le bout du nez,
passez!
Sur le plateau cévenol il fait (presque) frais...


Plus d'infos sur notre éphémère échoppe, Le temps d'un été,
c'est ici.


Fill in only if you are not real





Les tags XHTML suivant sont autorisés: <b>, <br/>, <em>, <i>, <strong>, <u>. Les feuilles de styles CCS et les Javascripts ne sont pas autorisés.
Posté par Tristan 09 août, 2017 11:58:46

C’est quoi déjà, la signification de "mettre les petits plats dans les grands” ?

Anciennement, il s’agissait, je crois, d’allier les “petits plats” (plats délicieux et raffinés) aux "grands plats" (une vaisselle belle et précieuse)… Les grands plats pour magnifier les petits …et inversement.

J’ai eu le bonheur de me rendre compte de ce qu’était pour vous (les trois créatrices installées pour deux petits mois d’été – et leurs invité(e)s – au Chambon-sur-Lignon) la traduction en gestes et en actes et en talents, de cette belle expression un peu désuette.

Et c’est peu dire que le miracle opère et est partout !
Pas question, bien sûr, dans votre belle échoppe d’exploits dînatoires, mais de plaisirs pour les yeux et le toucher sans cesse renouvelés au gré de vos créations. Peintures, papeteries, dessins, céramiques, tissus, bijoux, luminaires et j’en passe.

Et si je dis que le miracle opère, c’est parce que tous vos travaux naissent, semble-t-il, d’une lumière qui vous est à chacune personnelle, mais qui semble née d’une vérité, d’une douceur, d’une lumière communes.

Mettre les petits plats dans les grands, c'est aussi (surtout ?) pour vous, avoir un infini respect à la fois de votre artisanat et votre art et de celles et ceux qui prennent la peine de s’y intéresser.

Votre échoppe éphémère répond au joli nom de “Le temps d’un été”.
Ce temps est un bonheur qu’on aimerait répété.

Merci à vous d’inventer encore et encore des beautés et de continuer à nous y confronter.

Contre la laideur, seule la beauté. Merci !