Gaëlle Boissonnard, un peu plus loin...

Gaëlle Boissonnard, un peu plus loin...

Alternances

En coursPosté par gaëlle boissonnard 18 mars, 2019 15:09:10
Comme ces journées
où l'ombre et la lumière,
le soleil et la pluie
n'en finissent pas de jouer à cache-cache.

Dans l'atelier
une autre alternance.
Le papier, la couleur et la terre.
Des recherches,
couleurs et motifs sur papier pour l'édition,
grès, porcelaine, engobes colorés pour je ne sais encore trop quoi
qui peut-être un jour
verra le jour...

Dedans comme dehors
ça bouge et ça me plait.

Changement d'adresse

En coursPosté par gaëlle boissonnard 06 mars, 2019 17:51:04
Mon blog déménage.

Tout près.
J'embarque tout dans ma petite roulotte et je pars juste un peu plus loin.
Pour ceux qui l'auraient enregistré afin d'y revenir plus facilement, voici sa nouvelle adresse:
blog.gaelle-boissonnard.com

Pour le reste rien ne change (ni son nom, ni ses couleurs...),
si ce n'est, je l'espère, mes humeurs, et les projets que je pourrais continuer à y présenter au fil du temps.

En attendant, la vie dans l'atelier,
hier et aujourd'hui,
simplement la vie.


Le soleil

Comme ça...Posté par gaëlle boissonnard 26 févr., 2019 14:59:38
toque à la fenêtre de l'atelier,

s'invente des histoires,

éveille les fleurs d'hiver,

et les gendarmes (ceux des champs...),

et quand la terre en a besoin, il me donne un coup de main.

Terre! (encore)

Comme ça...Posté par gaëlle boissonnard 14 févr., 2019 11:21:54
Eu l'immense joie, chance, bonheur,
le week-end dernier,
de toucher terre aux côtés d'Anne-Sophie Gilloen.

Au cours d'un stage de trois jours, elle a partagé avec nous,
dans une incroyable générosité,
son savoir faire, les fruits de ses recherches,
son approche, son regard sur la sculpture et la manière de l'aborder.

Bonheur donc, non seulement d'apprendre avec elle, mais de se plonger une fois encore les mains dans la terre pour tenter de donner corps à ces bruissements qui nous habitent, si difficiles à exprimer.
Trois jours à construire, à s'oublier dans la matière, dans un volume qui monte, prend forme, puis vie,
par un sourire, un regard, l'expression d'un visage, et puis, miracle encore, par la couleur!


Pour découvrir ou suivre le très beau travail d'Anne Sophie Gilloen, c'est ici...
et là...



Chaud et froid

Comme ça...Posté par gaëlle boissonnard 06 févr., 2019 16:22:29
La couleur du moment

L'humeur du moment

Les couleurs de demain?

En attendant demain, on parle du temps qu'il fait...
(Fleurs de décembre et atelier sous la neige en février)

Manifester

Tenter de direPosté par gaëlle boissonnard 25 janv., 2019 11:31:42

sa peine, sa colère, sa lassitude, extrêmes parfois.

Manifester son désespoir, son incompréhension, son besoin d’être respecté, entendu,
son besoin d’être simplement considéré. Femme, homme, et non rouage, chiffre, objet.
Manifester son désaccord, manifester sa joie et ses idées, sa solidarité.

Manifester sa soif de liberté, d’égalité, de fraternité.

Le pourrons-nous encore, demain, après-demain ? alors qu’une petite poignée d’hommes et de femmes travaillent à déconstruire, pièce par pièce et minutieusement, les principes même de notre démocratie,
et ce, sous le toujours même fallacieux prétexte de nous protéger.

Mais de nous protéger de quoi au juste ? De nous-mêmes ? De notre soif de liberté, de fraternité, de solidarité ? Serions-nous à ce point irresponsables que nous ne serions pas même capables de savoir
et choisir ce qui est bon pour nous ? Serions-nous à ce point irresponsables qu’il nous faille nous voir imposer un cadre de vie et de pensée de plus en plus restrictif, répressif, contrôlé ?

Alors même que ceux-là qui nous jugent irresponsables nous accablent de leur propre irresponsabilité ?

Ainsi, les pauvres seraient responsables de la pauvreté, les chômeurs du chômage, les migrants des migrations forcées, les contestataires de la violence, les citoyens de la destruction de notre environnement et de notre climat… et puis quoi encore ? Les malades de leur maladie ? les vieux de leur inacceptable vieillesse ? les enfants de ne pas savoir lire, écrire, compter ?

Irresponsables responsables, nous voici aujourd’hui invités à parler, à débattre, à s’exprimer, mais sans crier s’il vous plait, sans rire et sans pleurer, sans sortir de ce cadre qui nous est imposé.
Mais parler, dire, manifester sa peine, sa colère, ses idées, son désaccord, avons-nous vraiment besoin de ce cadre pour le faire ?

Les espaces et les moyens ne manquent pourtant pas, et n’ont jamais manqué.
Associations, syndicats, ONG, permanences d’élus, conseils municipaux, courriers, grèves, manifestations, communiqués et tribunes dans la presse, pétitions, actions judiciaires, élections, chansons...
Dès lors, que manque-t-il sinon une écoute réelle et sincère, sinon une considération qui ne soit pas de façade ?

Nous exprimer, mais dans les limites d’un espace formaté, sur le papier quadrillé des cahiers, sans jamais dépasser, c’est ce que depuis l’enfance on nous transmet. Petits soldats bien éduqués, enfants soumis à la loi du marché, ou des hommes qui le font, nous voilà en rangs, prêts à aller remplir de nouveaux cahiers, comme nous y avons été invités.

Je veux continuer à croire qu’il existe d’autres moyens de dire et de parler, de vivre, d’exister, de se manifester et qu’il est de notre devoir de continuer, sans relâche, à leur donner vie.


Ce sont mes vœux pour cette nouvelle année.
Qu’elle nous voie enfin, chacun à sa mesure, prendre conscience de ce que nous avons dans les mains, retrouver la confiance en nos possibilités, en tout ce que nous avons, hors des cadres imposés, à inventer, à dire, à créer, à transformer,
et à manifester.

Belle année à vous!



Une collaboration

En coursPosté par gaëlle boissonnard 18 janv., 2019 17:26:12
Cocotte - le transfert distingué, a changé de mains et je suis ravie de collaborer avec cette nouvelle éditrice qui propose, pour cette année qui commence, une série de nouveaux visuels à appliquer partout...

Sur une nappe, un torchon ancien?
Un petit body?Un tablier joli?Un sac à provisions?La poche d'un pantalon?
Une chemisette, une housse de couette?
Un chapeau, un bikini?

Retrouvez tous les transferts textiles sur le site de Cocotte ltd.

Finir, et puis recommencer

Comme ça...Posté par gaëlle boissonnard 30 déc., 2018 10:26:31
Dehors,


dedans,


Belle fin d'année à vous...

Contrer la grisaille

En coursPosté par gaëlle boissonnard 27 nov., 2018 11:38:03
Des bulles, des refuges, des coquilles,
autant d'espaces ouverts/fermés où tenter de respirer.


Gouache, crayons de couleurs et collages, grès, porcelaine...
mes maisons ont trouvé un abri dans la vitrine de L'atelier Hors Cadre,
encadreur installé au 12 rue Pointe Cadet à Saint-Étienne.

À voir pendant tout le mois de décembre.



Et puis cette joie de rejoindre pour un mois les créateurs du Local,
espace d'ateliers partagés situé au 38 rue de la Badouillère,
toujours à Saint-Étienne.


Du 5 au 29 décembre

Sandra Coelho, Véronique Vernette et Christophe Garcia
invitent
Catherine de Robert, Gaëlle Boissonnard et Laurent Suchel.

Céramique, textile, illustration

Ouverture les mercredis, vendredis et samedis de 13h30 à 19h,
et vernissage le vendredi 7 décembre à partir de 18 heures.

À bientôt?



Fin d'année

Bientôt.Posté par gaëlle boissonnard 10 nov., 2018 18:10:19
Dix petits pichets tordus,
grès, porcelaine et dessins de carnets,
minuscules refuges pour herbes et fleurs perdues.

Ce sont les pièces que je présenterai dés vendredi prochain,
pour l'exposition collective “10X15” organisée au Beluga,
galerie d'art et d'artisanat à Saint-Étienne.

Mon travail (illustration, céramique) sera également visible dans d'autres lieux
en cette fin d'année, toujours à Saint-Étienne.
Plus d'informations ici, très prochainement.

À bientôt!



Dans ma maison...

En coursPosté par gaëlle boissonnard 22 oct., 2018 18:21:26
... les ombres jouent pour moi.


Et puis,
quelques nouveautés dans mon livret de petite papeterie auto-éditée.
Doucement il s'étoffe...


Pour cet automne, de minuscules cartes doubles douces et ludiques,
réalisées à partir de mes Petits papiers.

En voici quelques visuels (série Petits pois).

Pour recevoir mon livret de petite papeterie, il vous suffit de m'en faire la demande par mail (Rubrique “Entrer en contact” en haut à droite, ou contact@gaelle-boissonnard.com).

Salon des éditeurs stéphanois

Bientôt.Posté par gaëlle boissonnard 09 oct., 2018 18:20:56
Ce prochain week-end, Jarjille participe au Salon des éditeurs stéphanois,
en parallèle de la fête du livre de Saint-Étienne.

Si vous avez envie de faire de belle découvertes, venez donc y flâner.

Je serai présente avec les trois livres* que j'ai réalisés avec cette maison
d"édition indépendante, locale et dynamique,
le samedi 13 octobre entre 14 heures et 16 heures.

On s'y retrouve?

* Passerelles (réalisé avec Alain Brechbulh), L'oubliette et À deux temps.

Couleurs d'entre-deux

Comme ça...Posté par gaëlle boissonnard 28 sept., 2018 17:19:26
L'été se déshabille,
le ciel ne tarit pas de bleu,
mais les roses s'effeuillent et les tomates peinent à rougir.

Dans l'atelier, des couleurs aussi.
Peut-on inventer de nouvelles couleurs?
On se demande.

Dans l'atelier, des questions toujours,
de petites joies,
des envies naissantes de donner corps à de jolies choses,
des gouttes d'eau pour contrer la laideur.

Peut-on contrer l'effroyable ardeur des hommes
quand il s'agit de fabriquer de la laideur et de l'indignité?

On se demande.

Dehors, dedans,
les couleurs de l'entre-deux.



De la terre et du vert

En coursPosté par gaëlle boissonnard 04 sept., 2018 18:07:32
En cours,
du grès, de la porcelaine,
et le jardin qui, bien mieux que moi,
se réinvente sans cesse.



Fin d'été...

Comme ça...Posté par gaëlle boissonnard 29 août, 2018 18:55:18
... et couleurs glanées au pied de l'atelier.
Figues rabougries, clématite et sédum.

La terre, dehors, est sèche,
et dedans,
à l'ombre,
fraiche.

Je la redécouvre, tente, explore.

C'est toujours bon de travailler la terre.

Un oubli,
de soi,
et du monde,
et de ceux qui le font tourner à l'envers...



Canicule

Comme ça...Posté par gaëlle boissonnard 27 juil., 2018 14:36:18

Petit papier N°17, détail.
Gouache sur papier, 7x7 cm.

Couleurs de juin

Comme ça...Posté par gaëlle boissonnard 28 juin, 2018 16:50:15


Aime la vie, troisième!

Bientôt.Posté par gaëlle boissonnard 05 juin, 2018 17:10:33
L'association M la vie avec Lisa continue son chemin et nous invite, pour sa troisième édition, à l'exposition/vente “L'art cherche”.
Cette année, une soixantaine d'artistes ont donné une œuvre.
Tout l’argent collecté lors de cette vente sera dédié à la recherche médicale sur les sarcomes, cancers rares.

L'exposition se tiendra ce week-end, à Andrézieux-Bouthéon dans la Loire.
Samedi 9 juin, de 14h à 21h et dimanche 10 juin de 10h à 17H.
Toutes les informations sont à retrouver ici, et un article présentant l'évènement est à lire ici.


J'ai proposé cette année une petite gouache, Jardin d'enfance.
C'est une illustration réalisée pour l'édition et qui fait partie d'une série de quatre grandes cartes simples auto-éditées, que je propose dans mon Livret-catalogue de petite papeterie.À bientôt?



En fait...

Tenter de direPosté par gaëlle boissonnard 17 mai, 2018 18:00:16
... on regarde le monde,

et on pleure.

Du moins je pleure,
je ne parviens plus à ne pas.

Ici, et là, et plus loin,
partout,
les hommes ne sont plus des hommes.

Parce que d'autres hommes,
ceux qui décident,
ceux qui proclament en être,
ceux qui se pensent plus forts et plus puissants
parce que plus possédants,
ceux qui croient savoir,
ceux qui dirigent et qui musellent,
parce que ceux là décrètent que certains en sont,
et d'autres pas.

Ces autres,
on les tue à bout portant,
de l'autre côté d'une frontière.
Parce qu'armés de cailloux ils seraient une menace
pour un état qui a fait d'eux des riens,
les a privés de tout,
sauf de cailloux,
et qui, à bout portant, les démembre,
les abat.

Ces autres dorment dans nos rues,
à nos pieds,
dans nos villes qui ne comptent plus les appartements vides
tellement ils sont nombreux.
Nombreux, mais pas pour eux.


Ces autres sont partout,
ils sont aussi vous,
moi, nous.

Nous qui n'avons pas réussi,
nous qui ne sommes rien.

Le déni d'humanité à ce point affirmé,
revendiqué,
ça devrait nous réveiller,
non?

Carnet, mai 2018.



Les abeilles

Un peu plus loinPosté par gaëlle boissonnard 08 mai, 2018 16:08:59
Elles disparaissent sans faire de bruit.

Nous détruisons leurs vies,
et ce faisant,
c'est notre vie qu'elles emportent avec elles.

Mais l'Homme, toujours
— rêvant de milliards et craignant de devenir ce “rien”
que l'on croise parait-il dans les gares —
continue sa course folle,
droit vers le néant.

En attendant ce jour, comme dirait l'ami Brel,
il nous reste ce qu'il reste,
la beauté d'un merveilleux printemps,
des arbres qui explosent,
des oiseaux qui le célèbrent,
des insectes qui, comme nous,
continuent leur bout de chemin.



Des abeilles qui jusque là n'avaient pas su trouver où se poser,
se sont installées ici,
sur les pots de miel de Bastien Alise.
Un coin de nature encore sauvage,
à goûter et à explorer ici!



La poésie

Comme ça...Posté par gaëlle boissonnard 09 avril, 2018 22:24:29

“ Un jour je me suis amené avec des chansons. Ces chansons se sont mises à plaire au public, et non pas à cause de ce que vous appelez le message, mais parce qu’il doit y avoir une petite note de poésie là-dedans, et les hommes y sont sensibles.
Heureusement d’ailleurs, c’est la seule chose qui nous reste de la civilisation, c’est la poésie.

On pourrait dire (…) que si le monde est perdu, et que quelque chose doive sauver le monde un jour, ce ne sera pas autre chose que la poésie. Mais pas forcément la poésie chantée ni la poésie écrite ni la poésie peinte, la poésie toujours, une petite étincelle que chaque homme au fond a en lui, quel qu’il soit, le pire comme le meilleur.

Le tout c’est d’aller la trouver, et grâce à certaines chansons il m’arrive de frapper une touche qui est dans un homme, de pincer une corde qu’il avait, qu’il ignorait, et cette corde se met à sonner parce qu’un type, moi en l’occurrence, l’a fait vibrer. C’est pour ça que quand on me reproche d’être pornographe, de mal jouer de la guitare, ou d’être un ours mal léché et de faire toujours la même musique je ne m’inquiète pas.
Je ne me fâche pas non plus parce que ça ne compte pas tout ça.

Ce qui compte c’est la petite étincelle que mes chansons ont déclenchée chez des individus, qui étaient tout seuls sur la terre, et qui s’barbaient.”


Les mots sont ceux de Georges Brassens. Manque ici la douceur de sa voix.
Le dessin dort dans un de mes carnets, mars 2018.


Histoire du jour

Comme ça...Posté par gaëlle boissonnard 03 avril, 2018 21:22:47
En fait, c'est une histoire ancienne.

Retrouvée dans un carnet ancien (2011).

Elle m'amuse,
car même si je suis une femme,
je m'y retrouve.

Au travail...

L'échoppePosté par gaëlle boissonnard 27 févr., 2018 17:17:22
Outils de travail,
pour mieux voir, tracer, imaginer,
dessiner d'un peu plus près...
des outils,
de travail.


Et puis...

Trois minuscules nouveautés dans mon catalogue/livret de petite papeterie auto-éditée.
J'en parlais ici. S'il vous intéresse, n'hésitez pas à m'envoyer un mail.
Pour cela il suffit de cliquer sur “Entrer en contact”, en haut à droite de ce blog.


Blancs

Comme ça...Posté par gaëlle boissonnard 28 janv., 2018 18:04:09

La neige qui n'a fait que passer,
une ombelle en souvenir de l'été,
et un plat en (porcelaine et couverte satinée) comme il m'arrive (de temps en temps) d'en fabriquer.

Blanc

Comme ça...Posté par gaëlle boissonnard 26 janv., 2018 12:15:25


Que cette année...

Tenter de direPosté par gaëlle boissonnard 15 janv., 2018 13:02:54
... soit celle du temps d'aimer,
de réfléchir,
de se révolter,
de s'ouvrir, de penser,
de rire,
de voir, d'entendre, de sentir,
de créer.

De vivre,
simplement.


Vous avez avec vous quelques minutes de ce temps?

Cliquez sur l'image (et n'oubliez pas de brancher le son de votre ordinateur),
ce sont mes vœux pour cette année nouvelle.



Gueule de bois

Tenter de direPosté par gaëlle boissonnard 02 janv., 2018 11:19:26
En ce tout début d'année,
je voudrais partager ces images et ces mots à retrouver sur le site de La Cimade.

Des témoignages et des photos qui disent les fossés,
les gouffres qui séparent les vœux de fraternité et de solidarité de certain Président
à la veille d'une nouvelle année, et la réalité de ses actes, de ses choix, de ceux qui l'entourent,
et par là même de nous tous, “son bon peuple d'une France forte et juste”.


Il y a longtemps que je n'avais pas poussé de cri sur ces pages,
mais là c'est la nausée qui s'empare de moi à entendre encore ces flots d'hypocrisie
sans cesse multipliés.
Comme autant de voiles et de masques à poser sur nos crânes, nos regards,
nos oreilles, pour mieux se convaincre que tout va bien,
que nous ne pouvons pas accueillir toute la misère du monde,
(mais qui nous le demande?)
au risque de s'affaiblir, d'être mangés par le monde,
mais que nous faisons de notre mieux.

Mais nous sommes le monde !
Comme nous sommes aussi les artisans de la misère lorsque nous barricadons nos cœurs,
nos vies et nos frontières.


Je vous invite à découvrir et à partager ce reportage sur la cordée solidaire organisée par l’association Tous Migrants et le collectif de professionnels de la montagne SOS Alpes solidaires. Avec pour objectif de sensibiliser le public, la presse et l’État sur les risques encourus par les personnes migrantes en haute montagne.

Mais aussi ces mots, que vous retrouverez dans le diaporama:
L'illégalité des contrôles frontières.
Sur la route de Névache à proximité du col de l'Échelle, la gendarmerie patrouille jour et nuit. Tous les migrants repérés son interpellés et refoulés bien souvent illégalement en Italie. Leur souhait de demander l'asile n'est pas examiné, leur situation personnelle jamais prise en compte, pas plus que leur état de fatigue extrême ou les risques encourus par la marche retour vers Bardonecchia. Sans compter qu'environ la moitié des personnes qui arrivent dans cette vallée sont mineures. des enfants qui devraient être mis à l'abri, accompagnés et protégés. Au prétexte de la lutte antiterroriste, ils sont les premières victimes des contrôles frontières.”


Une France juste devrait être aussi celle des mots justes et de la vérité,
important alors de partager ces mots, en juste réponse à la caresse mielleuse qui nous a été offerte ce dernier 31 décembre.


Envie aussi de partager ceci: Et si c'était nous?



Petite papeterie

L'échoppePosté par gaëlle boissonnard 27 déc., 2017 18:28:07
Je l'ai évoqué au fil de mes précédents messages,
pour la presque liberté de faire ce qu'il me plait, j'ai développé ces dernières années une gamme de petite papeterie qui s'étoffe doucement, que je fais imprimer en séries limitées et que je finalise dans l'atelier.

Des cartes simples et doubles de différents formats, des affichettes, des étiquettes, des carnets... un peu d'air, de poésie, des fils de lin, des fils de soie, de beaux papiers, et surtout, toujours, le plaisir d'inventer.

Vous souhaitez découvrir cette collection?

Vous pourrez la retrouver en grande partie au printemps prochain à La Brasserie de la Loire, à Saint-Rambert (Loire).
Je peux aussi vous faire parvenir le petit livret numérique qui la présente.
Pour cela, il vous suffit de me contacter par mail (rubrique ci-dessus, “entrer en contact”).

Jardin d'amour, grande carte simple imprimée sur papier Vergé.

Un saut...

L'échoppePosté par gaëlle boissonnard 11 déc., 2017 18:35:33
... c'est ce qu'ont fait les personnages qui depuis quelques années habillent les étiquettes des bouteilles de bière de La Brasserie de la Loire.

Non pas qu'ils aient eu envie de déménager,
mais simplement de s'inventer une autre manière de voyager.

Voilà plus de dix ans que je collabore avec Anne-Laure Pelloux Prayer, brasseure, pour tenter d'accompagner les bières qu'elle créé de personnages qui leur ressemblent.

Elle me parle d'arômes et de rondeurs, d'amertume et de fraicheur, de sureau et de miel, elle me raconte l'histoire d'une particularité, et moi j'essaie de la dessiner.

Cette année, j'ai profité de son invitation à présenter une fois encore mon travail entre ses murs pour concevoir une toute petite collection de cartes simples qui donneraient une autre vie à ces personnages.

C'est donc de l'étiquette à la carte qu'ils ont sauté, pour s'inventer d'autres voyages.

Certains dessins sont assez anciens, d'autres tout nouveaux (et ils viendront peu à peu actualiser certaines étiquettes).
Les cartes sont imprimées sur du papier Vergé, en séries limitées,
et vendues par cinq (cinq visuels différents) avec leurs enveloppes grises.



Vous pouvez les trouver à la Brasserie de la Loire,
(tout comme la gamme de petite papeterie éditée par mes soins, en petites séries, et que j'enrichis au fil des mois).



Brasserie de la Loire
Chemin du Béchet / St-Just-St-Rambert (Loire)

Ce samedi

En coursPosté par gaëlle boissonnard 29 nov., 2017 17:23:02
Mes 111 minuscules peintures ont trouvé leur place
sur les murs de La Brasserie de la Loire.


Je serai présente à leurs côtés ce samedi 2 décembre,
à partir de 15 heures et jusqu'à 18 heures.

On s'y retrouve?



À la Brasserie de la Loire, on trouve aussi la bière artisanale et biologique
fabriquée sur place,
de l'épicerie fine et locale,
la petite papeterie éditée par mes soins en toutes petites séries
(et une collection de cartes créée spécialement pour l'occasion,
qui propose un autre regard sur les personnages que j'ai dessinés
pour les étiquettes des bouteilles de bière),
et enfin la papeterie créée en collaboration avec Aquarupella
(calendriers, cartes, agendas...).


Brasserie de la Loire
Chemin du Béchet / St-Just-St-Rambert / 04 77 52 17 45

Suivant »