Gaëlle Boissonnard, un peu plus loin...

Gaëlle Boissonnard, un peu plus loin...

Vole!

Bientôt.Posté par gaëlle boissonnard 12 janv., 2016 14:09:35

Nombre d’entre celles et ceux qui découvrent mon site Internet et mon blog, les parcourent, y reviennent, ont fait ce trajet grâce à mes images éditées depuis presque quinze ans, sous forme de cartes postales et de papeterie (et de ce fait largement diffusées) par les Éditions des Correspondances.

Depuis quelques semaines je reçois de nombreux témoignages de personnes qui ont de plus en plus de difficultés à trouver mes cartes ou autres calendriers, et me demandent pourquoi.

Envie de poser quelques mots pour éclairer un peu ces mouvements professionnels qui me touchent, et, par ricochet, touchent celles et ceux qui suivent mon travail.

Cette année qui commence est pour moi une année de rupture mais également, je l’espère, une année de transition.

J’ai depuis quelques mois pris la décision de cesser de collaborer avec ma maison d’édition, citée plus haut. De nombreux désaccords m’ont poussée à faire ce choix.
Un des plus importants à mes yeux étant lié au comportement d'une auteure soutenue et publiée par la même maison d’édition et sur les mêmes supports, et qui a fait le choix de faire évoluer son univers graphique et plastique en se calquant sur le mien, ce qui a engendré une réelle confusion quant à nos images respectives. Depuis presque trois ans, quand il s’agit de mon travail, on ne me parle plus que de ça.

Comment continuer à travailler dans un registre aussi intime quand l’on sait que ce que l’on donne, invente et tente de faire sortir de soi va être impunément pillé?

C’est pour moi chose impossible, et ces derniers mois m’ont souvent vue dans l’incapacité totale de peindre et de dessiner.

Ces actes ont mis à terre toute la confiance que j’avais peu à peu réussi à bâtir, en l’autre, mais aussi en moi, cela explique également pourquoi sur ce blog je ne montre que très rarement des images en entier, des projets en cours. Me voici envahie par un sentiment qui ne me touchait jusque là que très peu, la méfiance.

Mais voilà, vivre c’est aussi avancer, inventer, je le répète assez souvent. Pour cette année qui vient donc, il est certain que mes cartes fleuriront de moins en moins sur les présentoirs, car n’ayant fourni aucune nouvelle peinture à ma maison d’édition depuis un an, les collections vont naturellement s’épuiser. Continueront-elles d’être suivies par cet éditeur ?
La réponse ne dépend pas de moi.

Depuis presque un an je travaille à mettre en place de nouveaux projets.

Il est question de trouver comment continuer à gagner ma vie et celle de mes proches, et donc de chercher de nouvelles collaborations possibles en matière d’édition, mais il est aussi question de parvenir à donner enfin un peu plus de place à des créations plus personnelles.

Ces projets, vous avez pu en découvrir quelques-uns au fil des pages de ce blog, des expositions notamment. D’autres prendront forme dans les mois à venir: expositions, collaborations, recherches.

Concrètement et en tous sens, j’ai dessiné une famille de poissons (les voilà ! oui, mais pas seulement, d’autres sont en gestation…) pour Colimaçon et Cie, une petite structure qui fabrique et distribue des écharpes de portage en coton biologique, réalisé des illustrations sur le thème des petits papiers pliés pour un studio de photographie scolaire de la région de Toulouse, j’ai vu naître aussi de nouveaux transferts textiles pour Little Rondelune.
Côté expositions, celle de la Brasserie de la Loire se termine, une autre se mettra en place au printemps prochain à la médiathèque du Chambon sur Lignon, en Haute-Loire, avec des originaux que je n’ai encore jamais présentés, et une mise en avant des mots et de l’écriture dans le rapport qu’ils entretiennent avec l’image.
Et puis un beau projet d’exposition de groupe qui me tient particulièrement à cœur mais qui n’est encore qu’à l’état de graine. Nous en prenons soin, nous l’arrosons et nous espérons la voir germer cet été et fleurir à l’automne prochain.
Une chose encore, j’espère pouvoir proposer enfin, dans le courant de cette année qui commence, la version en langue anglaise de mon site Internet.

Des choses s’éteignent, d’autres voient le jour, une vie lentement se fait. Bien sûr ce blog me permettra de vous faire part en temps voulu de chaque naissance.

À bientôt donc...