Gaëlle Boissonnard, un peu plus loin...

Gaëlle Boissonnard, un peu plus loin...

Orange

Comme ça...Posté par gaëlle boissonnard 02 nov., 2017 17:46:55
J'ai cherché, ces derniers jours
la rouille dans l'automne.
N'ai trouvé que l'or et le sang.

Comme partout,
tout le temps.

Alors j'ai regardé plus près,
dans l'ombre de l'atelier,
et juste à ses pieds.

L'orange du quotidien,
l'orange des heures qui coulent dans le sablier,
et des petites choses qui éclairent les heures.

Des grains de lumière ambrée,
des braises pour l'hiver.



Calendrier d'anniversaires, édition Aquarupella, 2017.

Elle est une graine, dessin et gouache, 2014.



Rose

Comme ça...Posté par gaëlle boissonnard 07 oct., 2017 21:08:26
Rose, Rosa,
un prénom,
une fleur,
un symbole.

Et comme lui, tout lentement s'effeuille et disparait.
Reste la couleur,
comme une renaissance.

De la fleur,
du symbole, qui sait?
de la tendresse du prénom
et de celle qui le portait.




(Bouts de toile peinte, brindille, crayons, bobines de soie, papier, taches….
dans l'atelier.
Oeillets minuscules rencontrés au détour d'un chemin.
Baleine à l'heure de la balade, petite gouache, 2015.
Gourmande à la cuiller, détail d'une toile, 2006)

Histoire de terre, et de mer

Comme ça...Posté par gaëlle boissonnard 30 sept., 2017 14:18:37
Ça pourrait être une histoire.

Il y aurait un gros (poisson)
et un petit (poisson).

Et le gros (poisson) n'aurait pas envie de manger le petit,
pas envie non plus de lui monter dessus pour se sentir plus grand,
plus haut, plus gros, plus fort.

Même pas envie de lui jeter des miettes
pour se sentir plus méritant, plus vaillant, moins fainéant,
plus puissant.

Non, il y aurait un petit et un gros poissons,
différents,
mais quand même, tous les deux des poissons,
tous les deux habitant cette terre,
tous les deux faits d'arête et de chair,
simplement.

Il y aurait aussi un ver,
long, appétissant,
de ceux qui rendent les poissons gourmands.




Il y aurait enfin un mur vert,
une mer inventée pour deux poissons de terre.

Ça pourrait être une histoire,
de regards, d'esprits et de bras ouverts.

Quoi d'autre qu'une histoire?



(Partage. Sculpture réalisée en 2010.
Céramique, fil électrique et pièces métalliques)

Deux jours au Moulinage

Comme ça...Posté par gaëlle boissonnard 25 sept., 2017 12:08:25
Quelques heures fraîches et chaleureuses,
un soleil facétieux qui s'est plu à transformer pour nous,
au fil de chaque minute, ce magnifique espace (et ses fantômes),
des rencontres lumineuses, une ratatouille délicieuse...

Bref, un jardin multiple, beau et changeant,
plein de possibles et de cette humaine lumière dont on a
(quoique l'on veuille bien nous donner à croire) tellement besoin.


Pour rappel, Le Moulinage des rivières, lieu voué à la création et aux rencontres
est à la recherche d'aide financière (mais pas seulement),
de particuliers comme d'entreprises, pour pouvoir se développer.
Si ce projet vous intéresse, n'hésitez pas à faire un petit tour ici.



D'herbe et de terre

Comme ça...Posté par gaëlle boissonnard 07 sept., 2017 11:38:58
Dessins exhumés des carnets,
2015,
emballages japonais.



Et puis,
même carnet,
un emballage de chair et de paille.





Vert printemps moyen

Comme ça...Posté par gaëlle boissonnard 10 mai, 2017 14:29:39
Le vert danse à ma fenêtre.

Le vert se multiplie dans l'atelier,
en pointes taillées,
en pots poudrés,
en aplats de gouache polie,
de glacis dilué
comme le ciel de ce printemps mouillé.

Vert papillon, faïence émaillée,
vert gourmand qui caresse le cobalt d'un plat faussement chinois,
vert Narcisse d'un portrait cerclé d'ondes de fils, de papier, de textile.

Après le rouge et puis le jaune,
voici le vert d'un printemps fatigué.

Un vert qui demande à renaître,
pas seulement dans nos jardins, derrière nos fenêtres,
sur les étals du marché,
mais aussi dans nos têtes,
nos engagements, nos volontés.



1er avril

Comme ça...Posté par gaëlle boissonnard 01 avril, 2017 16:07:17
Rose, rouge et vert donnent à mes espoirs des ailes.
Espoirs d'humanisme,
de fraternité,
d'éveil à la lumière du penser ensemble, construire ensemble, vivre ensemble.

Et ce n'est pas une blague.




Couleurs du jour

Comme ça...Posté par gaëlle boissonnard 28 févr., 2017 15:41:25

Et ces mots de Pablo Casals...


“Je suis profondément convaincu que ce ne sont pas nos hommes d'état et leurs méthodes habiles qui pourront seuls éviter le chaos et la destruction totale qui nous menacent tous, hommes, femmes et enfants. C'est seulement en faisant renaitre chez tous les citoyens du monde le sens de la fraternité et de l'amour humain que nous pourrons éviter la catastrophe.” (1936!)



Îles

Comme ça...Posté par gaëlle boissonnard 13 févr., 2017 11:05:01
Changer d'échelle,
inventer le paysage,
pour offrir d'autres espaces à son regard.

Espaces habités,
vies plantées là
en bouts de terre,
en coins repliés,
en bulles.





2 0 1 7

Comme ça...Posté par gaëlle boissonnard 26 janv., 2017 11:39:22
Pour vous,
pour cette année qui commence...

(Cliquer sur l'image pour en voir un peu plus)







Un émerveillement

Comme ça...Posté par gaëlle boissonnard 29 oct., 2016 09:03:43

C'est peu de choses parfois,
ça survient de ce qui pourrait n'être rien,
presque rien,
mais là c'est une joie,
une indomptable, fugace,
mais merveilleuse joie.

Devant l'atelier
un figuier m'a offert la toute première récolte de sa vie de figuier!


Et de figues en fils,
envie de vous montrer aussi cette porteuse d'une mémoire particulière,
comme une famille réunie là, toute entière...




Autoportrait, bis

Comme ça...Posté par gaëlle boissonnard 30 déc., 2015 15:29:52
Le même,
ou presque,
version échevelé.



Autoportrait

Comme ça...Posté par gaëlle boissonnard 29 déc., 2015 17:55:12
Un petit exercice qui m'a été proposé par une illustratrice américaine.

Je me suis prise au jeu... celui de prendre en photo certains des objets fétiches qui peuplent mon atelier et m'accompagnent chaque jour au fil de mon travail.


En regardant de près ces objets, je m'aperçois qu'ils sont tous usés, polis par la mer ou la main,
qu'ils portent chacun une histoire,
de lien, de transmission, de savoir-faire, de nature, d'ailleurs, de matière.

Ils reflètent ce que j'aime et partiellement ce que je suis, ce vers quoi je tends.
C'est un trésor de trois fois rien qui est couché là,
mon trésor,
immensément plus précieux que tout l'or de la terre.

En cette période où l'on nous pousse à consommer toujours plus et n'importe comment,
les poser là c'est aussi tenter de proposer un autre regard sur l'être et sur l'avoir.

Voilà,
un peu de bois, de fil, de pierre et de papier,
un atelier au creux de la main.

Belle fin d'année à vous.




Tactique féline

Comme ça...Posté par gaëlle boissonnard 30 nov., 2015 17:46:50
C'est un paysage de campagne agricole.

C'est tout près d'une ville, mais ça sent la terre, la pluie,
la bouse et le crottin aussi.
Dans cette campagne il y a une allée bordée d'arbres,
petits chênes et grands châtaigniers,
il y a des poules faisanes pas plus sauvages que leurs compagnes domestiquées,
il y a encore quelques roses, fanées, givrées,
et une grande maison.
Dans cette maison, il y a des marches qui mènent à l'atelier,
une porte fraichement repeinte
puis la lumière du sud qui éclaire les journées
et très vite le soir la pénombre feutrée.
Dans l'atelier il y a une table,
posée juste au milieu,
avec dessus des couleurs des carnets du papier.

Et sur ces pages ouvertes,
sur ces traits, ces essais, ces questions griffonnées,

il y a un chat.



Intemporel...

Comme ça...Posté par gaëlle boissonnard 23 nov., 2015 18:22:53

… et important.


La mère fait du tricot
Le fils fait la guerre
Elle trouve ça tout naturel la mère
Et le père qu'est ce qu'il fait le père?
Il fait des affaires
Sa femme fait du tricot
Son fils la guerre
Lui des affaires
Il trouve ça tout naturel le père
Et le fils et le fils
Qu'est ce qu'il trouve le fils?
Il ne trouve rien absolument rien le fils
Le fils sa mère fait du tricot son père des affaires lui la guerre
Quand il aura fini la guerre
Il fera des affaires avec son père
La guerre continue la mère continue elle tricote
Le père continue il fait des affaires
Le fils est tué il ne continue plus
Le père et la mère vont au cimetière
Ils trouvent ça naturel le père et la mère
La vie continue la vie avec le tricot la guerre les affaires
Les affaires la guerre le tricot la guerre
les affaires les affaires et les affaires
La vie avec le cimetière.



Jacques Prévert
Paroles

(À écouter dit par Jean-Louis Trintigant, sur ce magnifique album)



Du crayon au coton, une histoire

Comme ça...Posté par gaëlle boissonnard 27 oct., 2015 17:50:29
Une collaboration encore,
avec Little Rondelune.



Trois brins de poésie à coller du bout de son fer à repasser,
partout où ça nous chante,
partout où ça nous plait...

pour inventer son histoire,
et s'envoler...

C'est un ensemble de trois transferts textiles,
à retrouver en compagnie de plein d'autres jolis transferts signés par des illustrateurs,
ici!



Tenter de vivre

Comme ça...Posté par gaëlle boissonnard 17 oct., 2015 19:52:38
La fête du livre a lieu ce week-end à Saint-Étienne.
À cette occasion il me semble important de relayer ce coup de colère justifié.





FÊTE DU LIVRE DE SAINT-ÉTIENNE!

Donc…

Donc Jarjille éditions n’aura pas de stand à la fête du livre de Saint Etienne, cette année en 2015 ! C’est une fin de non-recevoir, malgré des demandes répétées auprès de l’organisation de la fête du livre et de l’Elu en charge de la culture, malgré une proposition d’exposition de planches originales …

C’est non ! L’argument principal étant qu’il s’agit d’une fête des libraires et qu’un éditeur n’y a pas sa place.

Cet argument, nous l’avons compris et appliqué depuis longtemps, puisque dès la parution de l’album Comixland en 2004, les auteurs ont dédicacé sur le stand de l’Etoffe des Héros, puis les années suivantes d’autres auteurs Jarjille ont tour à tour signés leurs livres à la librairie L'Étrange Rendez-vous, librairie Lune et l’autre, librairie des Croquelinottes, Librairie de Paris…Cette année encore, trois auteurs bd seront en dédicace pour leurs nouveautés sur le stand de L'Étrange rendez-vous !

Cet argument, ressorti à chaque fois que nous avons fait la demande d’un stand ne tient donc pas, puisque pour nous, il s’agit de faire connaître notre structure éditoriale, sa démarche, son existence en montrant le catalogue bd, photo, illustrations, bref l’ensemble des 65 livres que nous avons publiés depuis 2004. Comme nous avons pu le faire l’année passée, pour la seule et unique fois, place Dorian, et parce que nous fêtions nos 10 ans ! Jarjille, maison d’édition stéphanoise, porte fièrement les couleurs de la ville à la fois dans ses publications (L’introuvable, Faussaires ont la particularité de se dérouler à Saint Etienne), mais soutient aussi la création en bande dessinée avec la collection BN², dont sont issus 35 auteurs de la région et d’ailleurs …

Jarjille éditions est présent sur de nombreux salons, plus d’une vingtaine chaque année partout en France : Angoulême, Saint Malo, Blois, Paris, Nancy, etc… Jarjille, est donc mieux accueilli dans la ville voisine, Lyon, lors du festival de Bande dessinée en juin, où les organisateurs ( la librairie la BD ), proposent à notre maison d’édition un stand de 4m linéaire gratuitement, pour soutenir la jeune édition , comme ils le font d’ailleurs avec d’autres structures éditoriales (Tanibis, Mosquito, etc..).

Toute l’année, à Saint Etienne et aux alentours nous intervenons en classe, dans les collèges, les lycées, les maisons de quartier, les centres sociaux, à la prison de la Talaudière auprès de jeunes, d’adultes, pour parler de notre métier, auteurs, ou éditeurs, pour participer à des ateliers de création bd, ou tout simplement pour faire découvrir ce média qui nous passionne. Nos choix, depuis le début sont clairs et constants : nous avons prôné notre indépendance, en refusant de prendre un diffuseur, afin de payer les auteurs un peu plus que la moyenne. Nous avons décidé de travailler avec des imprimeurs de la région Rhône-Alpes, afin de favoriser le tissu économique local. Nous fonctionnons sans subventions municipales, seule une subvention nous est accordée par l’ARALD, pour deux salons dans l’année (Angoulême et Saint Malo). Nous, les deux fondateurs travaillons bénévolement à faire vivre cette structure, et nous ne touchons que nos droits d’auteurs…

Nous avons l’impression de payer aujourd’hui cette indépendance, de passer pour les dindons de la farce… Nous avons le soutien des libraires, nous avons votre soutien, amis lecteurs qui nous suivez depuis 10 ans, et jusqu’au nom de notre maison d’édition, Jarjille qui signifie Taquin en gaga, nous sommes stéphanois…

Nous regrettons qu’en tant qu’acteurs culturels nous ne soyons pas plus considérés par les organisateurs de la fête du livre… Bref, vous l’avez compris, nous sommes en colère ! Merci de faire circuler ce message, de le partager, le relayer si besoin …

Jarjille éditions.




Rouges...

Comme ça...Posté par gaëlle boissonnard 29 sept., 2015 15:01:53
de colère ou de feu,
il y a de quoi.

On trimballe ça, à l'intérieur,
on le retient,
et puis comme un volcan
parfois
un épanchement de braise liquide.

Rouges de feu doux aussi,
qui couve, luit,
apaise et réchauffe dans la nuit.


Rouge à voir,
à boire,
à rêver,
(peinture de Martin Jarrie)
à goûter.


Rouge de fer,
magenta hortensia.



Rouges.


Le soleil d'un dimanche

Comme ça...Posté par gaëlle boissonnard 30 août, 2015 15:36:51
Jaunes,
les trésors de la terre,
dans la terre,
et le fer.


Il y a longtemps je faisais aussi des plats,
celui qui embrasse les citrons en est un.



Matin d'août

Comme ça...Posté par gaëlle boissonnard 10 août, 2015 11:24:02
Pablo est né un soir de pluie,
un soir d'août, de ciel gris,
de ciel de plomb.

C'est beau un ciel de plomb au mois d'août.

Ce sont peut-être les yeux rivés dans la profondeur opaque du ciel
qui font naitre ces yeux-là.

Ceux de Pablo, de Paco, de Tito,
un regard de papier,
à la nuit tombée.


Ce matin le plomb a fait place au brouillard.
Humide et silencieux matin d'août.

Le bruit est ailleurs,
dans les cris qui crient à l'intérieur.

Dehors, le chat minuscule tente de troubler le silence,
seuls les arbres qui s'égouttent l'accompagnent,
et le font sursauter.

Même les oiseaux se sont tus.



Simone

Comme ça...Posté par gaëlle boissonnard 30 juil., 2015 17:56:16

Parce que l'été réserve parfois d'inattendues visites,

en voici une,

invitée à long terme,

nouvelle compagne des couleurs et du papier,

croqueuse de mouches,

galopeuse en tous sens,

reine des cabrioles.

Difficile, je l'avoue, de rester concentrée,

mais,

difficile aussi,

surtout,

de ne pas se laisser happer.


La vie est là aussi,

vivons!




Été

Comme ça...Posté par gaëlle boissonnard 21 juil., 2015 14:48:07
Trouvailles de plage, de bord d'océan,
déchets flottés,
trouvailles d'escalier, de grenier, de rue,
déchets oubliés,
trésors de rien,
poésie et beauté pour qui sait voir,
et regarder.

Et puis carnet d'été.




Conversation amoureuse

Comme ça...Posté par gaëlle boissonnard 18 mai, 2015 18:44:05





Une fascination

Comme ça...Posté par gaëlle boissonnard 04 mai, 2015 11:39:06
pour la terre qui prend forme sous les mains de ces femmes,
pour ces femmes qui mêlent l'eau, la terre, le feu
pour créer l'objet fondamental,
réceptacle de vie.

Sensation d'une vérité limpide,
d'être face à la lumière,
tant ces femmes touchent à l'essentiel,
loin du paraître,
loin de la furie des hommes.

Quand d'autres inventent la mort,
en font commerce,
trafic,
petit et grand profit,
elles,
dans leurs ventres de chair ou de terre,
sans relâche,
elles accueillent et inventent la vie.


Un dessin réalisé d'après l'une des multiples photographies
qui illustrent le sublime livre réalisé par Camille Virot, La poterie africaine.

Vous le trouverez aux éditions ARgile,
aux côtés d'un grand nombre d'ouvrages, de dossiers,
tout aussi pointus et passionnants.



Faire pousser...

Comme ça...Posté par gaëlle boissonnard 27 avril, 2015 11:30:22
... des arbres.

Atelier nomade,
recherches au long cours.

Mélange de grès, de porcelaine
et de papier, peint, dessiné,
pour des îles,



désertes ou habitées.




Petits riens

Comme ça...Posté par gaëlle boissonnard 19 avril, 2015 10:21:23

J'aime les nasses,
remplies de vide et de silence.




Les mains dans la farine

Comme ça...Posté par gaëlle boissonnard 07 avril, 2015 14:29:56
Des mains encore,
en bonne compagnie.

Parenthèse bienvenue,
douce escale (ah... avoir les mains dans la pâte et ne plus penser à rien)
au cours d'un long week-end de travail,
au son des cloches certes, mais guère reposant.


Aujourd'hui les sablés sont croqués,
mes mains ont retrouvé le chemin de l'atelier,
pour d'autres projets...

Sourire

Comme ça...Posté par gaëlle boissonnard 28 mars, 2015 13:13:15
Piqué au géranium Rosat quelques unes de ses feuilles.
Leur parfum m'accompagne dans l'atelier, comme leur délicate beauté.

Présent du jour.




Jour de soleil

Comme ça...Posté par gaëlle boissonnard 20 mars, 2015 11:01:27
Celui-ci en était un.


Mais il y en a d'autres.

Comme aujourd'hui, des jours blancs,
des jours noyés de brume,
où le soleil n'aura même pas à s'éclipser,
puisque déjà il est mangé.

Des jours de pluie et de silence,
dedans, dehors.

Dans l'atelier pas de musique,
la vie entre parenthèses.

Ouvrir grand les fenêtres et s'apercevoir qu'au delà
les oiseaux ne se taisent pas,
pas plus que les poules, les agneaux, les milans.
Ils volent, braillent, piaillent,
en tous sens,
ils vivent.

Alors vivre.



Voir

Comme ça...Posté par gaëlle boissonnard 10 mars, 2015 18:45:34
Quelques originaux de cartes postales,
mais aussi un portrait (gouache, crayon, couture),
sont actuellement accueillis dans la vitrine de L'atelier Hors cadre
qui a réalisé la plus grande partie des encadrements
pour ma dernière exposition.

Des encadrements qui me plaisent beaucoup,
boîtage frêne pour les originaux de cartes,
les mêmes “boîtes” mais avec une baguette teintée de blanc pour les portraits.



À voir
au 12, rue Pointe Cadet, à Saint-Étienne.


Suivant »