Gaëlle Boissonnard, un peu plus loin...

Gaëlle Boissonnard, un peu plus loin...

Aime la vie, troisième!

Bientôt.Posté par gaëlle boissonnard 05 juin, 2018 17:10:33
L'association M la vie avec Lisa continue son chemin et nous invite, pour sa troisième édition, à l'exposition/vente “L'art cherche”.
Cette année, une soixantaine d'artistes ont donné une œuvre.
Tout l’argent collecté lors de cette vente sera dédié à la recherche médicale sur les sarcomes, cancers rares.

L'exposition se tiendra ce week-end, à Andrézieux-Bouthéon dans la Loire.
Samedi 9 juin, de 14h à 21h et dimanche 10 juin de 10h à 17H.
Toutes les informations sont à retrouver ici, et un article présentant l'évènement est à lire ici.


J'ai proposé cette année une petite gouache, Jardin d'enfance.
C'est une illustration réalisée pour l'édition et qui fait partie d'une série de quatre grandes cartes simples auto-éditées, que je propose dans mon Livret-catalogue de petite papeterie.À bientôt?



En fait...

Tenter de direPosté par gaëlle boissonnard 17 mai, 2018 18:00:16
... on regarde le monde,

et on pleure.

Du moins je pleure,
je ne parviens plus à ne pas.

Ici, et là, et plus loin,
partout,
les hommes ne sont plus des hommes.

Parce que d'autres hommes,
ceux qui décident,
ceux qui proclament en être,
ceux qui se pensent plus forts et plus puissants
parce que plus possédants,
ceux qui croient savoir,
ceux qui dirigent et qui musellent,
parce que ceux là décrètent que certains en sont,
et d'autres pas.

Ces autres,
on les tue à bout portant,
de l'autre côté d'une frontière.
Parce qu'armés de cailloux ils seraient une menace
pour un état qui a fait d'eux des riens,
les a privés de tout,
sauf de cailloux,
et qui, à bout portant, les démembre,
les abat.

Ces autres dorment dans nos rues,
à nos pieds,
dans nos villes qui ne comptent plus les appartements vides
tellement ils sont nombreux.
Nombreux, mais pas pour eux.


Ces autres sont partout,
ils sont aussi vous,
moi, nous.

Nous qui n'avons pas réussi,
nous qui ne sommes rien.

Le déni d'humanité à ce point affirmé,
revendiqué,
ça devrait nous réveiller,
non?

Carnet, mai 2018.



Les abeilles

Un peu plus loinPosté par gaëlle boissonnard 08 mai, 2018 16:08:59
Elles disparaissent sans faire de bruit.

Nous détruisons leurs vies,
et ce faisant,
c'est notre vie qu'elles emportent avec elles.

Mais l'Homme, toujours
— rêvant de milliards et craignant de devenir ce “rien”
que l'on croise parait-il dans les gares —
continue sa course folle,
droit vers le néant.

En attendant ce jour, comme dirait l'ami Brel,
il nous reste ce qu'il reste,
la beauté d'un merveilleux printemps,
des arbres qui explosent,
des oiseaux qui le célèbrent,
des insectes qui, comme nous,
continuent leur bout de chemin.



Des abeilles qui jusque là n'avaient pas su trouver où se poser,
se sont installées ici,
sur les pots de miel de Bastien Alise.
Un coin de nature encore sauvage,
à goûter et à explorer ici!



La poésie

Comme ça...Posté par gaëlle boissonnard 09 avril, 2018 22:24:29

“ Un jour je me suis amené avec des chansons. Ces chansons se sont mises à plaire au public, et non pas à cause de ce que vous appelez le message, mais parce qu’il doit y avoir une petite note de poésie là-dedans, et les hommes y sont sensibles.
Heureusement d’ailleurs, c’est la seule chose qui nous reste de la civilisation, c’est la poésie.

On pourrait dire (…) que si le monde est perdu, et que quelque chose doive sauver le monde un jour, ce ne sera pas autre chose que la poésie. Mais pas forcément la poésie chantée ni la poésie écrite ni la poésie peinte, la poésie toujours, une petite étincelle que chaque homme au fond a en lui, quel qu’il soit, le pire comme le meilleur.

Le tout c’est d’aller la trouver, et grâce à certaines chansons il m’arrive de frapper une touche qui est dans un homme, de pincer une corde qu’il avait, qu’il ignorait, et cette corde se met à sonner parce qu’un type, moi en l’occurrence, l’a fait vibrer. C’est pour ça que quand on me reproche d’être pornographe, de mal jouer de la guitare, ou d’être un ours mal léché et de faire toujours la même musique je ne m’inquiète pas.
Je ne me fâche pas non plus parce que ça ne compte pas tout ça.

Ce qui compte c’est la petite étincelle que mes chansons ont déclenchée chez des individus, qui étaient tout seuls sur la terre, et qui s’barbaient.”


Les mots sont ceux de Georges Brassens. Manque ici la douceur de sa voix.
Le dessin dort dans un de mes carnets, mars 2018.


Histoire du jour

Comme ça...Posté par gaëlle boissonnard 03 avril, 2018 21:22:47
En fait, c'est une histoire ancienne.

Retrouvée dans un carnet ancien (2011).

Elle m'amuse,
car même si je suis une femme,
je m'y retrouve.

Au travail...

L'échoppePosté par gaëlle boissonnard 27 févr., 2018 17:17:22
Outils de travail,
pour mieux voir, tracer, imaginer,
dessiner d'un peu plus près...
des outils,
de travail.


Et puis...

Trois minuscules nouveautés dans mon catalogue/livret de petite papeterie auto-éditée.
J'en parlais ici. S'il vous intéresse, n'hésitez pas à m'envoyer un mail.
Pour cela il suffit de cliquer sur “Entrer en contact”, en haut à droite de ce blog.


Blancs

Comme ça...Posté par gaëlle boissonnard 28 janv., 2018 18:04:09

La neige qui n'a fait que passer,
une ombelle en souvenir de l'été,
et un plat en (porcelaine et couverte satinée) comme il m'arrive (de temps en temps) d'en fabriquer.

Blanc

Comme ça...Posté par gaëlle boissonnard 26 janv., 2018 12:15:25


Que cette année...

Tenter de direPosté par gaëlle boissonnard 15 janv., 2018 13:02:54
... soit celle du temps d'aimer,
de réfléchir,
de se révolter,
de s'ouvrir, de penser,
de rire,
de voir, d'entendre, de sentir,
de créer.

De vivre,
simplement.


Vous avez avec vous quelques minutes de ce temps?

Cliquez sur l'image (et n'oubliez pas de brancher le son de votre ordinateur),
ce sont mes vœux pour cette année nouvelle.



Gueule de bois

Tenter de direPosté par gaëlle boissonnard 02 janv., 2018 11:19:26
En ce tout début d'année,
je voudrais partager ces images et ces mots à retrouver sur le site de La Cimade.

Des témoignages et des photos qui disent les fossés,
les gouffres qui séparent les vœux de fraternité et de solidarité de certain Président
à la veille d'une nouvelle année, et la réalité de ses actes, de ses choix, de ceux qui l'entourent,
et par là même de nous tous, “son bon peuple d'une France forte et juste”.


Il y a longtemps que je n'avais pas poussé de cri sur ces pages,
mais là c'est la nausée qui s'empare de moi à entendre encore ces flots d'hypocrisie
sans cesse multipliés.
Comme autant de voiles et de masques à poser sur nos crânes, nos regards,
nos oreilles, pour mieux se convaincre que tout va bien,
que nous ne pouvons pas accueillir toute la misère du monde,
(mais qui nous le demande?)
au risque de s'affaiblir, d'être mangés par le monde,
mais que nous faisons de notre mieux.

Mais nous sommes le monde !
Comme nous sommes aussi les artisans de la misère lorsque nous barricadons nos cœurs,
nos vies et nos frontières.


Je vous invite à découvrir et à partager ce reportage sur la cordée solidaire organisée par l’association Tous Migrants et le collectif de professionnels de la montagne SOS Alpes solidaires. Avec pour objectif de sensibiliser le public, la presse et l’État sur les risques encourus par les personnes migrantes en haute montagne.

Mais aussi ces mots, que vous retrouverez dans le diaporama:
L'illégalité des contrôles frontières.
Sur la route de Névache à proximité du col de l'Échelle, la gendarmerie patrouille jour et nuit. Tous les migrants repérés son interpellés et refoulés bien souvent illégalement en Italie. Leur souhait de demander l'asile n'est pas examiné, leur situation personnelle jamais prise en compte, pas plus que leur état de fatigue extrême ou les risques encourus par la marche retour vers Bardonecchia. Sans compter qu'environ la moitié des personnes qui arrivent dans cette vallée sont mineures. des enfants qui devraient être mis à l'abri, accompagnés et protégés. Au prétexte de la lutte antiterroriste, ils sont les premières victimes des contrôles frontières.”


Une France juste devrait être aussi celle des mots justes et de la vérité,
important alors de partager ces mots, en juste réponse à la caresse mielleuse qui nous a été offerte ce dernier 31 décembre.


Envie aussi de partager ceci: Et si c'était nous?



Petite papeterie

L'échoppePosté par gaëlle boissonnard 27 déc., 2017 18:28:07
Je l'ai évoqué au fil de mes précédents messages,
pour la presque liberté de faire ce qu'il me plait, j'ai développé ces dernières années une gamme de petite papeterie qui s'étoffe doucement, que je fais imprimer en séries limitées et que je finalise dans l'atelier.

Des cartes simples et doubles de différents formats, des affichettes, des étiquettes, des carnets... un peu d'air, de poésie, des fils de lin, des fils de soie, de beaux papiers, et surtout, toujours, le plaisir d'inventer.

Vous souhaitez découvrir cette collection?

Vous pourrez la retrouver en grande partie au printemps prochain à La Brasserie de la Loire, à Saint-Rambert (Loire).
Je peux aussi vous faire parvenir le petit livret numérique qui la présente.
Pour cela, il vous suffit de me contacter par mail (rubrique ci-dessus, “entrer en contact”).

Jardin d'amour, grande carte simple imprimée sur papier Vergé.

Un saut...

L'échoppePosté par gaëlle boissonnard 11 déc., 2017 18:35:33
... c'est ce qu'ont fait les personnages qui depuis quelques années habillent les étiquettes des bouteilles de bière de La Brasserie de la Loire.

Non pas qu'ils aient eu envie de déménager,
mais simplement de s'inventer une autre manière de voyager.

Voilà plus de dix ans que je collabore avec Anne-Laure Pelloux Prayer, brasseure, pour tenter d'accompagner les bières qu'elle créé de personnages qui leur ressemblent.

Elle me parle d'arômes et de rondeurs, d'amertume et de fraicheur, de sureau et de miel, elle me raconte l'histoire d'une particularité, et moi j'essaie de la dessiner.

Cette année, j'ai profité de son invitation à présenter une fois encore mon travail entre ses murs pour concevoir une toute petite collection de cartes simples qui donneraient une autre vie à ces personnages.

C'est donc de l'étiquette à la carte qu'ils ont sauté, pour s'inventer d'autres voyages.

Certains dessins sont assez anciens, d'autres tout nouveaux (et ils viendront peu à peu actualiser certaines étiquettes).
Les cartes sont imprimées sur du papier Vergé, en séries limitées,
et vendues par cinq (cinq visuels différents) avec leurs enveloppes grises.



Vous pouvez les trouver à la Brasserie de la Loire,
(tout comme la gamme de petite papeterie éditée par mes soins, en petites séries, et que j'enrichis au fil des mois).



Brasserie de la Loire
Chemin du Béchet / St-Just-St-Rambert (Loire)

Ce samedi

En coursPosté par gaëlle boissonnard 29 nov., 2017 17:23:02
Mes 111 minuscules peintures ont trouvé leur place
sur les murs de La Brasserie de la Loire.


Je serai présente à leurs côtés ce samedi 2 décembre,
à partir de 15 heures et jusqu'à 18 heures.

On s'y retrouve?



À la Brasserie de la Loire, on trouve aussi la bière artisanale et biologique
fabriquée sur place,
de l'épicerie fine et locale,
la petite papeterie éditée par mes soins en toutes petites séries
(et une collection de cartes créée spécialement pour l'occasion,
qui propose un autre regard sur les personnages que j'ai dessinés
pour les étiquettes des bouteilles de bière),
et enfin la papeterie créée en collaboration avec Aquarupella
(calendriers, cartes, agendas...).


Brasserie de la Loire
Chemin du Béchet / St-Just-St-Rambert / 04 77 52 17 45

Petits papiers

Bientôt.Posté par gaëlle boissonnard 14 nov., 2017 21:45:28
Ces petits papiers,
c'est une sorte de défi que je me suis lancé.

Quelques dizaines de minuscules peintures,
réalisées au cours des derniers mois,
ludiques, poétiques et toujours amusées.

Se laisser emporter par la couleur et le trait,
par le sourire d'une minuscule idée,
par la joie du laisser venir, du laisser parler (ben oui, les ptits papiers...)

Pas de papier de riz, mais du papier perdu et puis sauvé.
Quelques dizaines de petites joies que j'aimerais vous présenter.


(Mais il y aura aussi des papiers plus grands,
et de la papeterie en série limitée.)



Pour accéder à l'invitation animée, cliquez sur l'image, et n'oubliez pas le son.



Petits papiers
,
Exposition à La Brasserie de la Loire (Saint-Just Saint-Rambert, Loire)
du 24 novembre au 6 janvier.
(Pour plus d'informations, cliquer sur l'image)





Orange

Comme ça...Posté par gaëlle boissonnard 02 nov., 2017 17:46:55
J'ai cherché, ces derniers jours
la rouille dans l'automne.
N'ai trouvé que l'or et le sang.

Comme partout,
tout le temps.

Alors j'ai regardé plus près,
dans l'ombre de l'atelier,
et juste à ses pieds.

L'orange du quotidien,
l'orange des heures qui coulent dans le sablier,
et des petites choses qui éclairent les heures.

Des grains de lumière ambrée,
des braises pour l'hiver.



Calendrier d'anniversaires, édition Aquarupella, 2017.

Elle est une graine, dessin et gouache, 2014.



Une joie

En coursPosté par gaëlle boissonnard 25 oct., 2017 18:39:23
Quoi d'autre?

Une vérité,
une respiration,
une naissance.

Retrouver enfin le fil,
les fils
de la création.

Les tirer doucement
pour ne pas les casser,
les suivre dans un souffle,
les laisser m'entrainer,
sans savoir,
sans résister.
Ou presque.

Les nouer,
les renouer.
Avancer à pas de fourmi,
mais avancer.

Renaître.





Du rose encore

Comme ça...Posté par gaëlle boissonnard 10 oct., 2017 22:29:03
Trésors de jardins publics...




Rose

Comme ça...Posté par gaëlle boissonnard 07 oct., 2017 21:08:26
Rose, Rosa,
un prénom,
une fleur,
un symbole.

Et comme lui, tout lentement s'effeuille et disparait.
Reste la couleur,
comme une renaissance.

De la fleur,
du symbole, qui sait?
de la tendresse du prénom
et de celle qui le portait.




(Bouts de toile peinte, brindille, crayons, bobines de soie, papier, taches….
dans l'atelier.
Oeillets minuscules rencontrés au détour d'un chemin.
Baleine à l'heure de la balade, petite gouache, 2015.
Gourmande à la cuiller, détail d'une toile, 2006)

Histoire de terre, et de mer

Comme ça...Posté par gaëlle boissonnard 30 sept., 2017 14:18:37
Ça pourrait être une histoire.

Il y aurait un gros (poisson)
et un petit (poisson).

Et le gros (poisson) n'aurait pas envie de manger le petit,
pas envie non plus de lui monter dessus pour se sentir plus grand,
plus haut, plus gros, plus fort.

Même pas envie de lui jeter des miettes
pour se sentir plus méritant, plus vaillant, moins fainéant,
plus puissant.

Non, il y aurait un petit et un gros poissons,
différents,
mais quand même, tous les deux des poissons,
tous les deux habitant cette terre,
tous les deux faits d'arête et de chair,
simplement.

Il y aurait aussi un ver,
long, appétissant,
de ceux qui rendent les poissons gourmands.




Il y aurait enfin un mur vert,
une mer inventée pour deux poissons de terre.

Ça pourrait être une histoire,
de regards, d'esprits et de bras ouverts.

Quoi d'autre qu'une histoire?



(Partage. Sculpture réalisée en 2010.
Céramique, fil électrique et pièces métalliques)

Deux jours au Moulinage

Comme ça...Posté par gaëlle boissonnard 25 sept., 2017 12:08:25
Quelques heures fraîches et chaleureuses,
un soleil facétieux qui s'est plu à transformer pour nous,
au fil de chaque minute, ce magnifique espace (et ses fantômes),
des rencontres lumineuses, une ratatouille délicieuse...

Bref, un jardin multiple, beau et changeant,
plein de possibles et de cette humaine lumière dont on a
(quoique l'on veuille bien nous donner à croire) tellement besoin.


Pour rappel, Le Moulinage des rivières, lieu voué à la création et aux rencontres
est à la recherche d'aide financière (mais pas seulement),
de particuliers comme d'entreprises, pour pouvoir se développer.
Si ce projet vous intéresse, n'hésitez pas à faire un petit tour ici.



De l'eau, un moulin, un jardin...

Bientôt.Posté par gaëlle boissonnard 12 sept., 2017 17:27:35
Je serai présente à Pélussin (Loire, dans le parc du Pilat),
les samedi 16 et dimanche 17 septembre prochains, de 11h à 18h,
au Moulinage des rivières
à l'occasion des Journées Européennes du Patrimoine.



Expositions inspirées par le jardin et le végétal, visites guidées, ateliers pour doigts agiles et regards curieux, jeux de piste... un joli programme et de belles découvertes à faire au fil de ce week-end.

Retrouvez plus d'informations ici.

À bientôt?

D'herbe et de terre

Comme ça...Posté par gaëlle boissonnard 07 sept., 2017 11:38:58
Dessins exhumés des carnets,
2015,
emballages japonais.



Et puis,
même carnet,
un emballage de chair et de paille.





La lumière des jours

En coursPosté par gaëlle boissonnard 14 août, 2017 08:58:18
Entre averses et trouées de ciel bleu,
entre villes désertées et villages réveillés,
entre les jours qui bâillent et ceux qui bientôt seront à nouveau trop remplis,
l'été continue son chemin.

Pendant deux semaines encore, retrouvez les créations à vivre, à porter, à aimer,
que nous avons rassemblées dans notre échoppe éphémère, Le temps d'un été,
au Chambon-sur-Lignon. (jusqu'au 30 août)

Les lampes de Michelle Cognet (Kokoro lights) et les sacs en lin de Sadaf.


Une bestiole (celle-ci est un loup… qui court) en céramique et trouvaille de la nature de Laurent Suchel (Histoires de terre).

Un petit sac Origami et les coussins d'ailleurs, de Sadaf.

Les carnets d'Audrey Perrin (Wooo reliure).


Un sac en osier tressé et cuir de Kim Anh le Thi (Un brin c'est tout).

Les flacons et la vaisselle en porcelaine de Frédérique Eyraud.


Mes guirlandes d'images à suspendre.



Et les belles scabieuses de Haute-Loire...

À mi-chemin

En coursPosté par gaëlle boissonnard 02 août, 2017 23:02:57
Une bascule,
juillet se fond en août et puis
pour un an
s'oublie.

Mais l'été se poursuit et son temps n'est pas terminé.
À l'ombre, notre aventure continue elle aussi.



Si la curiosité vous démange aussi le bout du nez,
passez!
Sur le plateau cévenol il fait (presque) frais...


Plus d'infos sur notre éphémère échoppe, Le temps d'un été,
c'est ici.

Dans l'atelier

L'échoppePosté par gaëlle boissonnard 23 juin, 2017 14:06:14
Après de longues semaines d'un travail consacré
exclusivement à la création de nouveaux visuels pour l'édition,
je souffle un peu et retrouve avec joie d'autres outils,
d'autres matières,
d'autres couleurs même.

Un petit remue-ménage dans ma tête,
dans mes idées, mes envies
qui se mettent à pousser en tous sens dans cet espace libéré.
Et comme un projet en appelle un autre,
mille autres,
il faut faire des choix, et les choix sont parfois compliqués.

Mais peu à peu naissent de mini collections,
et cette évidence, pour moi,
d'un besoin de bulles, d'îles, d'espaces de repli,
symboliques microcosmes qui m'offrent de respirer.

Je retrouve le minuscule,
et je redécouvre que cette attirance pour le tout petit ne m'a jamais quittée.


Je présenterai le résultat de ce travail
ainsi que quelques créations plus anciennes
dans notre éphémère échoppe qui ouvrira dés le 7 juillet
au Chambon-sur-Lignon
et durera
Le temps d'un été.

Des peintures, des sculptures de poche,
des jardins nomades,
une mini collection de papeterie auto-éditée,
et sans doute l'une ou l'autre de ces petites choses qui ne demandent qu'à germer...



Le chat lui ne viendra pas,
il préfère à notre installation éphémère
la langueur de la planche à repasser.



Le temps...

Bientôt.Posté par gaëlle boissonnard 19 juin, 2017 11:31:57
... d'un été

C'est un lieu éphémère,
entre échoppe et espace d'exposition,
qui ouvrira ses portes le 7 juillet prochain au Chambon-sur-Lignon,
sur les hauts plateaux de Haute-Loire.

À l'initiative de Sadaf, créatrice textile,
et associée également à Frédérique Eyraud, céramiste,
nous y proposerons nos créations, le temps d'un été.

Nous serons accompagnées par quelques créateurs invités.

Porcelaine, textile, papier,
osier contemporain, luminaires aériens, micro-édition,
colliers aux accents d'Iran, carnets reliés avec soin,
bestioles poétiques, peinture,
sacs et coussins...

Un petit pense-pas-bête... Vous souhaitez imprimer le carton? C'est ici.


Et puis, Abécédaire déambulation,
l'exposition est toujours visible au Musée d'Archéologie de Feurs,
jusqu'au 13 juillet.


Aime la vie, suite.

Bientôt.Posté par gaëlle boissonnard 08 juin, 2017 11:18:58
Cette année encore je participerai à l'évènement L'art cherche, pour l'association M la vie avec Lisa.
Une exposition éphémère et décalée, dans un lieu atypique. Un moment généreux et convivial autour des œuvres offertes à l'association par une cinquantaine d'artistes.

Comme l'an dernier, le principe de cette exposition/vente sera simple et se présentera comme une vente aux enchères silencieuses où tout le monde sera libre d’enchérir pour l’oeuvre de son choix, à l’aide d’un simple morceau de papier et d’un stylo, le tout en totale discrétion.
Tout l’argent collecté lors de cette vente sera dédié à la recherche médicale sur les sarcomes, cancers rares.

Un catalogue sera édité pour l'occasion, et vous pouvez y accéder ici. La version papier sera vendue sur place pendant l'exposition.

J'y présenterai une des peintures créées pour la nouvelle collection de cartes et papeterie parue cette année chez Aquarupella.



L'art cherche, ce samedi 10 juin de 14h à 21h
Dimanche 11 juin de 10h à 17 h

Entrepôt Sodipièces
ZI Les Murons Rue Jacqueline Auriol
Andrézieux-Bouthéon (Loire)
Plus d'infos ici!



Nuit européenne des musées

Bientôt.Posté par gaëlle boissonnard 18 mai, 2017 14:12:16
Ce sera ce samedi 20 mai,
et pour l'occasion je serai présente
au Musée d'Archéologie de Feurs, dans la Loire
de 19 heures à 23 heures
aux côtés de mon exposition Abécédaire déambulation.

Celle-ci cohabitera jusqu'au 13 juillet prochain avec l'exposition En marge...
réalisée par des élèves de cinquième et de quatrième que j'ai eu le plaisir
d'accompagner dans leur travail de conception graphique et plastique.
Avec leur professeure de lettres, à l'origine du projet,
ils seront également présents ce soir-là.

Nous serons heureux de vous emmener avec nous dans une balade semée de mots, de sens, de poésie, d'images et de réflexions, comme au fil des pages d'un drôle de carnet de création, à notre échelle.


Nous vous donnons rendez-vous à 20 heures, puis à 21h30 pour deux visites en notre compagnie.

À bientôt?

Musée d'Archéologie
3, rue Victor de laprade
42110 Feurs

04 77 26 24 48



Ah...

Tenter de direPosté par gaëlle boissonnard 16 mai, 2017 18:04:10
Quelque chose que je dois dire ici,
mais souvent j'oublie.

À cet instant j'y pense, c'est donc que c'est le moment.

Il y a ce truc qui s'appelle Facebook et qui, semble-t-il, sert à communiquer.

Je ne m'y retrouve pas, je n'ai donc jamais créé à mon nom quelque compte que ce soit,
je tente de mon mieux de me tenir loin des GAFA.

Mais voilà, dans ce truc-là, n'importe qui peut s'emparer de mon nom, de mes images,
et peut-être avec la meilleure intention du monde
(mais la meilleure intention n'est hélas, pas toujours réfléchie, il faut parfois faire usage de ce qui nous sert de machine à penser...)
créer une page, un compte ou un je ne sais quoi, qui usurpe mon identité
mais n'est pas moi.

C'est fait, en deux exemplaires, depuis quelques années déjà.

Très compliqué de faire fermer ces machins-là.


Donc, si d'aventure vous passez par là-bas,
ne frappez pas.
Si je ne vous réponds pas c'est que je n'y habite pas.

Vert printemps moyen

Comme ça...Posté par gaëlle boissonnard 10 mai, 2017 14:29:39
Le vert danse à ma fenêtre.

Le vert se multiplie dans l'atelier,
en pointes taillées,
en pots poudrés,
en aplats de gouache polie,
de glacis dilué
comme le ciel de ce printemps mouillé.

Vert papillon, faïence émaillée,
vert gourmand qui caresse le cobalt d'un plat faussement chinois,
vert Narcisse d'un portrait cerclé d'ondes de fils, de papier, de textile.

Après le rouge et puis le jaune,
voici le vert d'un printemps fatigué.

Un vert qui demande à renaître,
pas seulement dans nos jardins, derrière nos fenêtres,
sur les étals du marché,
mais aussi dans nos têtes,
nos engagements, nos volontés.



Suivant »